Les Agents du S.H.I.E.L.D. – Le bilan de la série !

  • Par
  • Le Jeu 27 août 2020

Aos s7 news

Cela fait déjà deux semaines que la série Les Agents du S.H.I.E.L.D. s'est achevée sur les écrans américains avec un double épisode final pour conclure la saison 7. Aujourd'hui, nous vous proposons notre article bilan de ces 7 saisons et un récapitulatif de tous les points positifs et négatifs. Bonne lecture ! =)

La dernière saison

Agents of S.H.I.E.L.D. s’est donc achevée par une septième et dernière saison autour du voyage dans le temps. Dans l’ensemble, cette saison s’appuie sur des points forts qui sont toujours les mêmes : une histoire qui tient la route et des personnages toujours aussi bien écrits. Clark Gregg et Chloe Bennet sont toujours sont bons et égaux à eux-mêmes dans leurs rôles de Phil Coulson et Daisy Johnson. L’énième retour de Coulson est bien abordé, assumé, sans pour autant trop forcer dessus. Belle évolution pour le personnage de Ming-Na Wen, Melinda May, qui est développé quasiment à l’opposé de ce qui a été fait jusqu’ici pour elle, à savoir l’ouverture aux émotions et aux autres. Elizabeth Henstridge signe également une jolie saison, avec une très jolie fin pour son personnage. En parallèle, on regrette l’absence trop longue de Iain De Caestecker, retenu pour des problèmes d’emplois du temps. Natalia Cordova-Buckley ne m’a une nouvelle fois pas convaincu plus que cela cette saison, malgré certains efforts pour améliorer le background de son personnage. La mention spéciale est attribuée à Henry Simmons et Jeff Ward dans leurs rôles de Alphonso « Mack » Mackenzie et Deke Shaw qui apportent tous les deux une superbe touche d’humanité tout au long de la saison. L’épisode The Totally Excellent Adventures of Mack and the D, bien que lourd et mal venu dans la saison, aide grandement en ce sens. Malheureusement, la fin du personnage de Deke Shaw est plus que bâclée. Dommage.

Agents of SHIELD' Recap: Season 7 Episode 1 — Chronicoms Target ...

Le début de la saison était relativement plaisant pour plusieurs raisons différentes : l’enchaînement rapide et rythmé des époques (2 épisodes par décennie), le retour de visages déjà aperçus par le passé (Koenig, Daniel Sousa, Rick Stoner …), des références à foison (sérum de Super-Soldat, Projet Insight …), des décors en extérieurs (et ça change des décors fermés à l’intérieur du Phare !) ... Au milieu de cela, le retour de Coulson pèse lourd sur la qualité de la saison 6. Avec du recul, on ré-évalue encore la baisse la qualité de celle-ci puisque l'énième retour du personnage principal est gâché par le fait que l’acteur Clark Gregg était toujours présent dans la saison précédente. Par la suite, le schéma de la deuxième partie de saison ne s’appuie plus sur les qualités de la première. Nous retrouvons certes toujours des liens avec le passé de la série, mais ceux-ci perdent en qualité.

Premièrement, le cas Nathaniel Malick. Utiliser ce personnage peut paraître comme une bonne idée mais consiste finalement en un échec. Déjà parce que le filon Malick est peut-être surexploité (encore heureux que Gideon Malick ne fasse qu’une apparition en qualité de figurant ...), et ensuite parce que l’acteur Thomas E. Sullivan surjoue beaucoup trop son personnage ; un personnage qui a des motivations un peu trop ridicules et une carrure pas assez imposante pour assurer le rôle d’antagoniste principal de la saison … là où une Sibyl (Tamara Taylor), nettement moins présente, dégage tout de même plus de prestance. Deuxième, il y a le cas Kora. L’idée d’introduire une sœur longtemps disparue à Daisy Johnson est plutôt bonne, mais cela a été fait beaucoup trop « à l’arrachée » et beaucoup trop tard, à la fois dans la saison et dans la série, pour que l’impact escompté par les scénaristes vienne réellement toucher le téléspectateur. Ajoutons à cela des prestations plutôt moyennes de l’actrice Dianne Doan.

Malgré tout, la deuxième partie de la saison tient encore la baraque grâce à des retours plaisants, et notamment celui de Jiaying (Dichen Lachman) mais aussi à un épisode de très haute qualité, le As I Have Always Been réalisé par Elizabeth Henstridge. Le final est peut-être légèrement décevant par rapport à ce qui a pu être fait lors de précédentes saisons. Pour conclure la série, revoir certains visages comme Bobbi Morse, Lance Hunter, Deathlok ou même Ghost Rider aurait été appréciable. L’utilisation d’un lien important avec Avengers : Endgame (le Royaume Quantique pour voyager dans le temps) est gâché par l’absence d’un autre (le Snap de Thanos complètement absent). Point positif, la conclusion est belle, avec un dénouement heureux pour tout le monde. La question qui demeure maintenant est : Ce final, avec un tout nouveau S.H.I.E.L.D., servira-t-il à quelque chose ? Seul l'avenir et Kevin Feige le diront.

Agents of SHIELD Season 7 Episode 10 Review: Stolen | Den of Geek

La meilleure saison ?

Il y a quelques semaines, je vous posais la question sur Twitter … 7 saisons d’Agents of S.H.I.E.L.D., mais quelle est la meilleure ? Parmi vos réponses, 3 pistes de réponses se dégageaient : les saisons 1, 4 et 7. Alors ouvrons les débats ! La saison 1 est certainement celle qui nous rend le plus nostalgique, avec les débuts de nos agents et des liens directs avec le MCU grâce à un solide crossover avec Captain America : Le Soldat de l’Hiver, ainsi que des guests qui rendent la saison immersive (Samuel L. Jackson, Cobie Smulders, Maximiliano Hernandez …). Mais cette saison souffre également une introduction relativement longue sur ses dix premiers épisodes, et c’est probablement ce qui fera que, malheureusement, de nombreuses personnes n’ont pas suivi la série, faute d'une introduction prenante.

Netflix Sets Streaming Date for 'Marvel's Agents of SHIELD' Season ...

La saison 7 est une vraie bonne surprise. La question du voyage temporel n’est pas un concept de nouveau, mais la façon employée est relativement plaisante puisque la série a su puiser avec brio dans son passé, tout en rendant un hommage appuyé au MCU (sérum du Super-Soldat, liens avec Agent Carter, reprise du Projet Insight …). Néanmoins, cette saison souffre d’une deuxième partie bien plus faible que son démarrage, où les enjeux n’évoluent que trop lentement, tandis que les antagonistes qui s’imposaient alors (Nathaniel Malick et Kora) n’étaient pas à la hauteur de la série et du contexte.

Reste la saison 4, qui est définitivement la meilleure à mes yeux, et ce pour de multiples raisons. Premièrement, l’annonce inattendue et culotée effectuée à la Comic-Con en 2016 : celle d’introduire ni plus ni moins que Ghost Rider dans la série. D’abord perplexe, j'ai pu finalement admirer une superbe interprétation de Gabriel Luna dans le rôle, ainsi que des effets spéciaux à la hauteur. L’autre élément inédit de cette saison, c’est l’utilisation d’arcs scénaristiques distincts mais liés (Ghost Rider, LMD et HYDRA), permettant à la série de respirer comme jamais auparavant, évitant de longs passages à vide comme on peut les connaître sur les séries classiques d’une vingtaine d’épisodes par saisons.

Une saison au format inédit, une saison qui ose et puis … une saison qui offre une petite pépite par l’intermédiaire de l’arc dans la Charpente (Framework) où nos agents ont vécu dans un monde fasciste et totalitariste dirigé par HYDRA, rappelant presque l’arc scénaristique Secret Empire sorti dans les comics Marvel, sorti quasiment au même moment (et qu’est-ce que j’aurais aimé exploiter cela au cinéma dans le « grand » MCU !). Mention honorable tout de même pour le quatuor des saisons 1 à 4 qui étaient à l’époque de plus en plus meilleures au fil du temps.

Agents Of SHIELD season 4 recap | Den of Geek

Les points fort de la série

Agents of S.H.I.E.L.D. est, à mes yeux, la meilleure série du MCU à l’heure actuelle. Naturellement, certaines personnes pourront vouloir ouvrir le débat avec les séries Daredevil et The Punisher et naturellement, cet avis sera fortement susceptible de changer avec l’arrivée des méga-séries Marvel Studios sur Disney+. Mais à l’heure actuelle, cette série se démarque de façon toute naturelle grâce à son apport scénaristique au MCU dans son ensemble. Certes, Agents of S.H.I.E.L.D. s’est détachée des films et n’impactait pas ces derniers, mais quelque part, la série fait encore mieux. Le premier crossover avec Captain America : Le Soldat de l’Hiver impactait la série uniquement. Mais par la suite, la série va se servir des liens avec les films pour développer l’univers Marvel dans son ensemble, à défaut d’impacter et d’influencer les films.

Et c’est là que la série sort un point fort fondamental et qui permet de se démarquer de toutes les autres. Là où Daredevil et The Punisher par exemple étaient de très bonnes séries en elles-mêmes, Agents of S.H.I.E.L.D. l'était également tout en ajoutant du contenu d'ampleur à l'univers : la série a développé immensément l’histoire d’HYDRA avec Whitehall, Malick et même Hive, a introduit avec brio et audace les Inhumains, a osé introduire ni plus ni moins que Ghost Rider puis se servir ensuite du Multivers pour développer de multiples chronologies. Alors oui, cela n’a eu aucun impact sur les films. Mais force est de constater que l’univers du MCU en sort indéniablement grandit, avec tellement plus de contenu, grâce à cette « petite » série qu’est Agents of S.H.I.E.L.D.

Agents Of S.H.I.E.L.D.''s Agents Coulson & May: The History of TV's Most  Dramatic Will-They-Won't-They Couple

De façon plus centrée sur la série en elle-même, Agents of S.H.I.E.L.D. aura su s’améliorer de saisons en saisons. Après une saison 1 en demi-teinte qui était trop longue à démarrer avant de décoller sur la fin, la saison 2 s’offrait plus d’action, des scènes touchantes, des personnages auxquels on s’attache beaucoup plus. La saison 3 a continué sur cette lancée en s’appuyant en plus de cela sur des méchants de qualité. La saison 4 représentait par la suite l’apothéose, avec un virage drastique vers des intrigues plus mystiques, sombres et attrayantes. Par la suite, on regrettera peut-être que les saisons qui ont suivies se sont un peu perdues, soit dans des intrigues légèrement trop audacieuses pour la série (saison 5), soit dans une saison qui n’offre rien de nouveau (saison 6). Les effets spéciaux, eux, étaient toujours d'une qualité déconcertante en comparaison à d'autres séries héroïques de notre époque.

L’autre point fort de la série, ce sont les personnages. Avec de très bons acteurs dans l’ensemble, les personnages sont toujours extrêmement bien écrits et développés. Chaque personnage suit son propre voyage au cours de la série. Il faut rappeler que bien que la série soit centrée sur un groupe de personnages, c’est avant tout le focus sur un personnage, avec le #CoulsonLives, qui a permis à la série d’exister. Qui aurait-pu imaginer en 2012 que l’Agent Coulson, mort dans Avengers, aurait pu devenir par la suite un vrai héros ? La série s’est toujours appuyé sur ses personnages, façonnés par les histoires qu’ils vivent et qui deviennent progressivement de véritables héros, bien au-delà des « simples » agents qu’ils étaient à l’origine. Pour toutes ces histoires héroïques, mais avant tout humanistes, rendons ici un hommage appuyé aux showrunners Jed Whedon, Maurissa Tancharoen et Jeffrey Bell, qui auront innové pendant 7 ans pour nous tenir en haleine de cette façon.

Marvel's Agents Of S.H.I.E.L.D. renouvelé pour une saison 4 sur ABC – Geeks  and Com'

Les points faibles de la série

Le principal point faible de la série est définitivement son manque de popularité. En un autre temps, avec plus d’acteurs de renoms, avec plus de budget et plus de promotions dans le cadre d'une sortie sur Disney+, cette série aurait définitivement pu être bien plus importante. Agents of S.H.I.E.L.D. est une excellente série background du MCU, où n’importe quel personnage du MCU aurait pu avoir sa place le temps d’un épisode par exemple. Imaginez un guest star de Docteur Strange au moment où Ghost Rider s’amusait à créer des portails. Imaginez un membre des Avengers venir en soutien de la traque du Baron von Strucker/List lors d’un hypothétique meilleur crossover avec Avengers : L’Ère d’Ultron ?

Là où il y a probablement un hic à mon sens, et y on revient, c’est le démarrage de la série. Le début de la saison 1 est loin d’être attrayant. Le schéma de 1 épisode = 1 intrigue, mêlé à des intrigues pas passionnantes, a peut-être trop fait fuir les cibles habituelles privilégiées de Marvel. Pourtant, le marketing autour du démarrage (« première série Marvel », « le S.H.I.E.L.D. vu dans Avengers », « une série dans l’univers des films » …) plus la présence initiale de Joss Whedon pouvait vendre du rêve et attirer du monde, mais la série n’a pas su se créer un public aussi large que celui des films.

Par la suite, malgré la présence d'une fan-base solide qui est toujours restée au rendez-vous, la série a toujours été suivie par l’ombre d’une annulation de saisons en saisons. Saluons ainsi cette formidable performance : 7 saisons pour une série qui était déjà enterrée par beaucoup dès la fin de la saison 1, c’est plus qu’honorable. Au-delà de cela, le format long de 22 épisodes plaît également de moins en moins à l’heure des séries de 10/13 épisodes du monde des Netflix et autres plateformes de streaming.

Enfin l’autre point faible principal (qui est également un formidable point fort comme on l’a vu plus haut) est indéniablement le fait que la série s’est écartée du MCU petit à petit. Certes, c’était peut-être nécessaire pour vivre « dans son propre océan », mais cet océan était peut-être parfois légèrement trop ambitieux pour les moyens de la série (les scénaristes ont quand même détruit la Terre …)

Agents of SHIELD: Avengers Age of Ultron Crossover, Maria Hill ...

Et maintenant ?

Et maintenant … Il y a pour ainsi dire deux écoles. Ceux qui vont regarder droit devant et ne rien attendre de la série (sans parler de ceux qui estiment que la série n’appartient plus au MCU …), et ceux qui vont espérer revoir certains personnages dans d’autres films et séries Marvel. À défaut de pouvoir vous donner des certitudes ou des éléments de réponses, je peux faire le point.

Agents of S.H.I.E.L.D. est le bébé de Marvel Television et de son président Jeph Loeb. Leur première série live-action. Au début, tout semblait aller bien puisque la série comportait deux crossovers solides avec les films Captain America : Le Soldat de l’Hiver et Avengers : L’Ère d’Ultron. Mais en parallèle, le mariage entre Marvel Studios/Kevin Feige et Marvel Television se consumait progressivement. En cause, on retrouve peut-être un homme : Ike Perlmutter. L’ancien Président de Marvel Entertainment était en constante guerre froide avec Kevin Feige à propos de ses choix sur les films Marvel (budget de films, choix de faire des films sur des personnages féminins ou de couleurs et autres ...). Finalement, Feige s’est émancipé de lui en obtenant une liberté totale sur les films Marvel, mais la partie série est restée sous la houlette générale de Perlmutter. Bien qu’aujourd’hui ces dissensions internes n’existent plus puisque Feige s’est accaparé une liberté créative totale sur l’ensemble des divisions de Marvel, cela a créé un vrai fossé entre les films … et les séries.

La question désormais est … Kevin Feige va-t-il considérer la série et réutiliser les personnages ? Quake par exemple est grandement appréciée (comme peuvent l'être Daredevil ou Punisher du côté des séries Netflix). C'est extrêmement difficile à dire. Certes, Marvel Studios a fait un mini pas dans ce sens en introduisant très brièvement le personnage Edwin Jarvis dans Avengers : Endgame, avec le même acteur que dans la série Agent Carter. On pourrait se dire qu'il y a un début de reconnaissance pour les séries, mais n'oublions pas que cette même série avait été créée par les scénaristes de Endgame (donc ...). De son côté, Agents of S.H.I.E.L.D. a fortement osé au fil du temps. Oser introduire ni plus ni moins que les Inhumains dans le MCU, ce n’est pas rien ! D’autant plus que Kevin Feige en personne est également intéressé par ces Inhumains, comme l’atteste la future série Ms. Marvel sur Disney+. Il sera ainsi difficile de ne pas prendre en compte les événements concernant les Inhumains qui se sont produit dans la série (la brume qui se répand au fond de l'océan, le président américain qui en parle publiquement à la télévision). Dès lors, nous aurons peut-être des premiers éléments de réponses à propos de la considération de la série du côté des films (l'idée radicale d'une décanonisation des séries est même tout à fait possible) ... Il faut simplement espérer, mais c’est loin d’être une certitude.

Is Quake From "Marvel's Agents of SHIELD" Getting a Disney+ Series ...


À la suite de là où nous en étions restés en fin de saison 6 – et avec la révélation d'un nouveau Phil Coulson en LMD – Coulson et les agents du S.H.I.E.L.D. sont poussés en arrière dans le temps et atterrissent à New York en 1931. Avec leur tout nouveau Zephyr capable de voyager dans le temps à tout moment, l'équipe doit se dépêcher pour comprendre exactement ce qu'il s'est passé. S'ils échouent, cela signifierait un désastre pour le passé, le présent et le futur du monde.

La série Les Agents du S.H.I.E.L.D. s'est achevée sur ABC avec Clark Gregg dans le rôle de Phil CoulsonMing-Na Wen dans le rôle de Melinda MayChloe Bennet dans le rôle de Daisy JohnsonIain De Caestecker dans le rôle de Leo FitzElizabeth Henstridge dans le rôle de Jemma SimmonsHenry Simmons dans le rôle de Alphonso « Mack » MackenzieNatalia Cordova-Buckley dans le rôle de Yo-Yo Rodriguez et Jeff Ward dans le rôle de Deke Shaw.

 

Les Agents du SHIELD Série TV