Articles de lucas-vaurie

    • Lucas Vaurie
    • Etudiant

Centres d'intérêts : Marvel et Star Wars

  • Une série WONDER MAN en développement sur Disney+ avec Destin Daniel Cretton en producteur !

    Wondermanbanniere

    Boom ! Inattendu ? Oui. Une série sur Wonder Man, sur le-dit personnage de Simon Williams est donc officiellement en développement pour la plateforme Disney+ comme le révèle le Hollywood Reporter. Et pour cela, le réalisateur de Shang-Chi et la Légende des Dix Anneaux, Destin Daniel Cretton, s'associe en tant que producteur avec Andrew Guest (Brooklyn Nine-Nine) comme scénariste en chef pour monter ce nouveau projet live-action, décrit comme une satire de Hollywood par Joe Otterson de Variety. Cretton est par ailleurs pressenti pour réaliser un ou plusieurs épisodes même si cela reste encore à confirmer. Le réalisateur est donc impliqué via un accord multi-année signé avec Marvel Studios l'an dernier, avec lequel il est déjà sacrément chargé puisqu'il doit réaliser un Shang-Chi 2 et travailler sur une autre future série inconnue (si celle-ci n'est pas celle sur Wonder Man).

    Que peut-on attendre de cette série ? Premièrement, une possible date ? La série ne devrait pas débarquer avant 2024 sur Disney+ puisque le parle d'un tournage l'an prochain. Le casting n'est pas connu à ce stade et il sera intéressant de voir si Nathan Fillion occupera récupèrera le rôle. L'acteur incarnait en effet Simon Williams dans des scènes coupées du film Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 en 2017 à travers des affiches des films où il était présent comme acteur. Parmi ces films, on retrouvait notamment ... Un biopic sur Tony Stark où Williams était dans le rôle principal. Étant donné que ces scènes furent coupées, il ne serait pas étonnant qu'un nouvel acteur vienne camper le rôle. Quels liens avec les comics ? Williams était avant tout connu pour de fortes connexions avec Vision, la Sorcière Rouge ou encore le Baron Zemo, et était membre fondateur des Vengeurs de la Côte Ouest à Los Angeles.


    La série Wonder Man est réalisée par ???, scénarisée par Andrew Guest et ne sortira pas avant 2024 sur Disney+. Le casting n'est pas encore connu.

  • L'épisode "Première mission" [01x02] de MISS MARVEL est sorti - votre avis et notre critique !

    Image à venir

    À l’heure du deuxième épisode de Miss Marvel, Kamala Khan se retrouve confrontée à des ennuis à la Peter Parker … Comment associer la découverte de ses super-pouvoirs – ainsi que le nouveau monde dans lequel elle entre progressivement – à sa vie d’adolescente dans une famille exigeante. C’est sans surprise que la famille de Khan est un pilier de ce que la série raconte. Dans Première mission, épisode qui ne porte pas particulièrement bien son nom, on remarque la religion et son traitement jouent un rôle très intéressant, abordée sous un prisme singulier par Marvel. Toujours dans l’optique d’innover dans ses messages et son traitement de sujets donnés, Marvel joue quelque peu avec le feu sur ce que certains – les principaux concernés d’abord – qualifiaient ici de « non-respect » pour la religion (alcool, critique sur la place de la femme dans la religion, coutumes pas respectées, scène absurde à la mosquée …). Et pourtant, c’est là quelque chose de commun dans le traitement voulu puisque Marvel représente des éléments de la réalité, des perceptions différentes de la religion, sans pour autant imposer un point de vue ou une valeur qui serait meilleure. Cet aspect est d’autant plus visible au travers de la famille de Kamala : une jeune adolescente qui semble se détacher légèrement de la question, des parents plus ou moins flexibles sur le sujet et un frère très ancré et pratiquant.

    Ce sujet, qui est réellement sensible, pourra tout à fait déranger, en particulier pour les personnes ayant leur propre sensibilité sur le sujet. De notre point de vue, plus extérieur à tout cela, Marvel ne cherche pas à jeter le discrédit sur le sujet, bien au contraire : le sujet est abordé sous plusieurs angles, tel qu’il est présent dans le monde réel et offre des perspectives variées une religion peu abordée du côté de l’univers super-héroïque. C’est également à l’image du personnage de Nakia Bahadir que l’on découvre plus en profondeur cette semaine. Il sera intéressant par la suite de voir comment le sujet sera abordé, puisque nous sommes à l’épisode 2 uniquement. La religion pourra être abordée comme un obstacle, mais également comme un élément fondamental dans le développement de la jeune héroïne. Encore une fois, impossible d’omettre la performance d’Iman Vellani. C’est à croire qu’elle est née pour le rôle. Le côté super actif du personnage est relativement bien transcrit, surtout lorsqu’on introduit Kamran. Difficile toutefois de cerner où l’on se dirige avec la nouvelle intrigue présentée en fin d’épisode. Que veulent ces gens ? Sont-ils du Clan Destine comme le veulent les rumeurs ? Ce mystère aura au moins le mérite d’être introduit tôt, mais il faut veiller à ne pas patiner dans ce format restrictif de 6 épisodes.

    Malgré un développement personnage intéressant, celui-ci est à double tranchant et lorsque l’on cherche à s’appuyer sur les forces du premier épisode, on voit aussi que la réalisation de Meera Menon est nettement moins fraîche que celle du duo Adil El Arbi/Bilall Fallah. On reste dans les bases installées précédemment, mais on ne s’y appuie plus autant. En parallèle, on peine à être embarqué dans le scénario d’ensemble au travers d’un épisode moins rythmé et moins emballant. Du côté des inquiétudes liées aux changements sur les pouvoirs de Miss Marvel … Que dire, si ce n’est qu’un indice de poids est posé : les pouvoirs ne proviennent pas (totalement) dans son mystérieux bracelet. Et si celui-ci était une sorte de pré-activateur de pouvoirs liés aux Inhumains ? Et si le mystère de tout cela remonte aux histoires Pakistanises de la famille Khan ? Là aussi, Marvel ose en traitant le sujet controversé de la Partition des Indes. Enfin, après une certaine débâcle générale autour des effets spéciaux (sur Moon Knight notamment), force est de constater que les constructions cosmiques de Kamala rendent plutôt bien !

    Dans l’ensemble, cet épisode Première mission est à mi-chemin entre un bon épisode et un épisode moyen. La principale force, à savoir le développement familial et religieux, peut s’avérer être un fort point crispation ; et on ne parvient pas à trouver un autre point d’ancrage pour rehausser l’engouement général … Au moins pour cet épisode-ci. Rendez-vous donc pour l’épisode 3, qui aura pour mission de nous emballer dans l’intrigue de la série.

    Miss Marvel - S01E02 : Première mission - En cherchant l'origine de ses nouveaux pouvoirs, Kamala et Bruno découvrent l'étendue de ses capacités. Mais Kamala met son entraînement de super-héroïne de côté quand elle rencontre Kamran, le nouveau de l'école. Ses pouvoirs vont être mis à rude épreuve quand elle sera confrontée à une situation périlleuse qu'elle est la seule à pouvoir dénouer.

    Contenu positif Contenu « négatif »
    • Plusieurs bons mystères distillés par-ci par-là (sur les pouvoirs, sur les antagonistes ...)
    • Un traitement religieux ouvert sur le monde actuel, mature et avec différentes perspectives
    • Le même traitement religieux peut être à double-tranchant et déranger ...
    • Difficulté d'être pleinement emballé par l'intrigue jusqu'ici
    • Une réalisation moins fraîche
    Note : 6 / 10

    La série Miss Marvel est réalisée par Adil El ArbiBilall FallahSharmeen Obaid-Chinoy et Meera Menon, scénarisée par Bisha K. Ali et est diffusée depuis le 8 juin 2022 sur Disney+. On retrouve au casting Iman Vellani dans le rôle de Kamala Khan/Miss Marvel, Matt Lintz dans le rôle de Bruno Carrelli, Yasmeen Fletcher dans le rôle de Nakia Bahadir, Zenobia Shroff dans le rôle de Muneeba Khan, Mohan Kapoor dans le rôle de Yusuf Khan, Saagar Shaikh dans le rôle de Aamir Khan, Rish Shah dans le rôle de Kamran, Laurel Marsden dans le rôle de Zoe Zimmer et Laith Nakli dans le rôle de Sheikh Abdullah.

  • Un film THUNDERBOLTS officiellement en développement !

    Thunderboltsbanniere

    C'était une rumeur qui traînait depuis quelques temps qui est désormais confirmée par Deadline : un film Thunderbolts est donc en développement chez Marvel Studios. La super-mais originellement pas si gentille-équipe de super-héros aura donc le droit au grand écran avec la plume d'Eric Pearson (co-scénariste de Thor : Ragnarok et Black Widow, mais aussi de quatre de cinq One-Shot disponibles sur Disney+). Du côté de la réalisation, Marvel se tourne vers un énième réalisateur au passif relativement maigre en la personne de Jake Shreier (Robot and Frank). Quelques soient les acteurs et personnages impliqués dans le projet, Marvel cherche à lancer la production de ce nouveau film pour le courant de l'été 2023, indiquant une sortie probable pas avant le courant 2024.

    Pour le moment, le détail du scénario est bien entendu gardé secret par Marvel. Il en est de même pour le panel de personnages qui composera le film. Aucun accord n'est signé avec un ou des acteurs/actrices, mais des discussions auraient lieu. Des noms de personnages sont néanmoins envisagés, parmi lesquels on retrouve le Baron Zemo (Daniel Brühl dans Falcon et le Soldat de l'Hiver), Yelena Belova (Florence Pugh dans Black Widow), le Fantôme (Hannah John-Kamen dans Ant-Man et La Guêpe), le Taskmaster (Olga Kurylenko dans Black Widow), l'Abomination (Tim Roth dans She-Hulk : Avocate) et enfin l'U.S. Agent et le Soldat de l'Hiver (Wyatt Russell et Sebastian Stan dans Falcon et le Soldat de l'Hiver). Notons que Thaddeus « Thunderbolt » Ross, personnage iconique lié à cette équipe, pourrait être dans l'équation, mais rappelons de William Hurt est malheureusement récemment décédé. Seul l'avenir dira quel rooster composera cette équipe à la sauce MCU. Que pensez-vous de ce nouveau projet ?


    Le film Thunderbolts est réalisé par et ne sortira pas avant 2024 au cinéma. Le casting du film est pour le moment inconnu.

  • Les scénaristes de DEADPOOL 3 confirment (une nouvelle fois) le maintien du côté vulgaire !

    Deadpoolbanniere

    « Un mariage au paradis », ce sont les mots de Rhett Reese, un des deux scénaristes avec Paul Wernick, du futur film Deadpool 3, le premier au sein du MCU. La tâche ne sera pas simple tant l'univers de Deadpool semble éloigné des films classiques de Marvel Studios. Cette différence de ton est justement un énorme point d'inquiétudes, tant pour ceux ayant peur d'un tel ton loufoque au sein du MCU que ceux qui craignent que le mercenaire à la grande bouche ne soit dénaturé. Les signaux envoyés par les hautes instances de Marvel et Disney, ou encore par personnes impliquées sur le film ont pourtant toujours eu vocation à rassurer, que ce soit via les déclarations de Feige sur le R-rated ou via l'énorme implication de Ryan Reynolds sur le projet (acteur et co-producteur avec Feige). 

    Chargés de scénariser la version finale du film, basée sur une première ébauche de Wendy Molyneux et Lizzie Molyneux-Loeglin, Rhett Reese et Paul Wernick étaient en interview du côté de Den of Geek cette semaine pour aborder une énième fois le sujet : « Deadpool sera Deadpool. Ne vous inquiétez pas sur ça. Ils [Marvel] ont été vraiment d'un véritable soutien à propos de tout ça. Si jamais on dépassé les limites sur une blague en particulier, on entendra peut-être un 'Non, pas cette blague". Mais je pense qu'ils ont été très réceptifs à propos de tout ce qu'on fait. Il est évident qu'on a fait tout cela pendant longtemps loin d'eux [avec les précédents Deadpool], et je pense qu'ils ont vu le succès et qu'ils ont eux-même obtenu un succès d'autant plus grand. Donc on espère bien que ce sera un mariage au paradis. Mais nous avons définitivement tout leur soutien et c'est vraiment agréable de le ressentir ».

    À ce stade, difficile de pleinement cerner ce que ce sera ce Deadpool 3. À la suite des deux premiers Deadpool qui ne faisaient pas partie du MCU ? Reboot total ? Semi-reboot ? Intégration du Multivers dans la question ? Quid du sujet des mutants ? À ce stade, ce nouveau projet Deadpool est entouré d'une forte brume de mystères, que ce soit pour le contexte ou le casting, mais Shawn Levy (Free Guy, Adam à travers le temps) a été récemment choisi pour camper le rôle de réalisateur. Quant aux scénaristes, vous aurez l'occasion de découvrir leur travail prochainement avec Spiderhead de John Kosinski sur Netflix le 17 juin prochain.


    Le film Deadpool 3 est réalisé par Shawn Levy et ne sortira pas avant 2024 au cinéma. On retrouvera au casting Ryan Reynolds en Wade Wilson/Deadpool.

  • Les recherches du nouveau réalisateur de FANTASTIC FOUR sont toujours en cours…

    Après le récent départ de Jon Watts (Spider-Man : Homecoming, Spider-Man : Far From Home et Spider-Man : No Way Home) de la réalisation du futur reboot de la célèbre et fantastique famille super-héroïque, nous attendons toujours des informations sur le lancement de la production du film, dont même la date de sortie est inconnue. Le journaliste Justin Kroll de Deadline affirme que Fantastic Four est la cible principale de Marvel Studios dans sa recherche pour un réalisateur, mais indique qu'il ne s'agira pas une « décision rapide ». Une « large variété de candidats » sont actuellement envisagés pour prendra la succession de Watts, et de « gros noms » font partie de la liste. 

    Difficile, voire impossible, à l'heure actuelle de ne serait-ce qu'imaginer à qui Kevin Feige, qui fête aujourd'hui ses 49 ans, peut bien penser, mais on peut déjà être rassuré que Marvel cherche une forme de garanti au travers d'un grand nom pour un tel film. À ce propos, Kroll précise en parallèle quelques éléments que je jugerai croustillants quant à la production du film : « Kevin [Feige] ne souhaite pas superviser l'intégralité du tournage, et après ne pas avoir eu à s'inquiéter à propos de Raimi [pour Doctor Strange in the Multiverse of Madness], il est vraiment ouvert à l'idée de suivre la même voie pour ce tournage-là ».

    Quelles possibilités pour réaliser le film ?

    À l'heure où le casting du film demeure inconnu, y compris pour le rôle fondamental de Mr. Fantastique occupé récemment par [John Krasinski (The Office, Sans un bruit)], la question de la réalisation du film qui sera le troisième reboot de cette franchise est elle aussi absolument importante. Est-il possible d'interpréter l'expression de « gros noms » utilisée par Kroll ? Marvel peut-il envisager d'aller embauche un réalisation Oscarisé ? Jusqu'à présent, on constate que ça n'est jamais arrivé. La seule réalisatrice Oscarisée du MCU est Chloé Zhao, qui avait obtenu la récompense suprême pour Nomadland, mais qui avait été sélectionnée par Kevin Feige pour l'excellent film Les Éternels avant tout cela. Marvel peut-il passer un nouveau cap et attirer en son sein un grand nom déjà récompensé ? Quelle vision espérez-vous avoir pour ce film ? À vos claviers.


    Le film Fantastic Four est réalisé par ??? et ne sortira pas avant 2024 au cinéma. On retrouvera au casting ??? en Reed Richards/Mr. Fantastique, ??? en Sue Storm/Femme Invisible, ??? en Johnny Storm/Torche Humaine et ??? en Ben Grimm/Chose.

  • Le film DOCTOR STRANGE IN THE MULTIVERSE OF MADNESS est sorti - votre avis et notre critique !

    Docstrangemombanniere

    Attendu depuis son annonce en 2019 pour être potentiellement le prochain échelon à grandes conséquences de l’Univers Cinématographique Marvel, le Doctor Strange in the Multiverse of Madness de Sam Raimi est sorti en salles depuis mercredi. Intimiste, porté par les superbes performances de Benedict Cumberbatch et Elizabeth Olsen et doté d’une histoire rondement bien menée, le film est assurément une réussite, sur fond d’ambiance flirtant avec l’horreur et d’une réalisation d’une grande lisibilité.

    Le véritable point fort du film, c’est assurément son duo principal. On a d’un côté Benedict Cumberbatch qui nous gratifie de sa performance ultime en Strange jusqu’à présent. Assurément, son personnage a de quoi se faire voler la vedette à plus d’un titre, mais son écriture juste et efficace, mêlée à un Cumberbatch d’une constante remarquable dans l’exceptionnel, font que son personnage est là pour nous rappeler qu’il s’agit de son film et qu’il est bien présent. Cumberbatch se laisse aussi aller à son propre plaisir au travers des différentes versions de son personnage, aidant à une performance plus large et à un développement scénariste de Strange plus abouti encore. On notera également la superbe introduction d’America Chavez sous les traits de la jeune Xochitl Gomez : c’est efficace et extrêmement bien retranscrit. De quoi faire plaisir à l’heure où Moon Knight fait grincer des dents certains.

    KTH2580_TRL_comp_v209.1025_R.jpg

    A côté de tout ça, on retrouve Elizabeth Olsen. Son chapitre en vaut le détour car elle est tout aussi exceptionnelle, portée par un arc scénaristique fort lancé par sa série solo l’an dernier sur Disney+. Pas de doute, WandaVision est indispensable pour bien comprendre le film (et c’est une première), d’autant plus lorsque le rythme voulu par le film l’installe en méchante de façon brutale pour le spectateur. Néanmoins, la logique est respectée. Les enjeux et la construction amènent à obtenir sans nulle doute une Wanda qui est assurément l’une des meilleures méchantes de tout le MCU. Les méchants, comme ce fut le cas pour des Loki ou des Thanos, ont eu besoin de temps pour se magnifier. C’est le cas ici aussi, puisque ce chavirement dans son personnage remonte à plus loin que le propre prisme de ce film.

    ANY7020_TRL_comp_v002.1008.jpg

    Le film possède également une autre attraction : le retour de Sam Raimi dans le genre superhéroïque après sa trilogie sur le Tisseur de Tobey Maguire, démarrée en 2002 par Spider-Man et achevée en 2007 par Spider-Man 3. Raimi propose quelque chose de totalement inédit dans le MCU, repoussant au maximum les frontières autorisés par la classification d’âge pour offrir un film sombre et par moment effrayant. Sa réalisation offre une formidable lisibilité en tout temps et ses propositions visuelles relatives à la magie s’inscrivent parfaitement dans la continuité du Doctor Strange de Scott Derrickson. Raimi n’oublie néanmoins pas ce qui importe grandement : de l’innovation visuelle et des idées vraiment créatives. Le film manque toutefois d’un moment, ou d’une scène clé et marquante, où le spectateur voit son souffle être totalement coupé. On retiendra toutefois les quelques surprises du film, nécessaires quand on entre dans la thématique du multivers. Une chose est sûre, c’est marquant et réussi. En espérant que Marvel décide vite de donner suite à tout ça !

    VTR0980_comp_v154.1187.jpg

    Ce qui était attendu, c’était bien entendu les enjeux. Le multivers l’impose et la réponse est bien présente avec une histoire haletante de A à Z. Les bases ne prennent pas trop leur temps à s’installer, même si pour autant une scène clé du film, à savoir la révélation du ou de la méchante, est relativement abrupte. Là où l’on patine un peu plus, c’est du côté des conséquences pour la suite du MCU. Comme pour WandaVision, on n’ose pas et on préfère peut-être attendre une autre occasion, un évènement plus fort et groupé pour faire exploser l’ensemble des évènements de cette nouvelle ère post-Saga de l’Infini du MCU. En parallèle, le sujet multivers est quelque chose de relativement « touchy », et il sera fondamental de veiller à la cohérence de l’ensemble à l’avenir, d’autant plus à l’heure où le film installe lui aussi de nouvelles règles qui pourraient mettre à mal cette cohérence d’ensemble (cf. What If… ? ou encore Loki). Légère déception pour la musique de Danny Elfman, qui s’appuie par moment sur quelques fulgurances, mais qui n’offre pas de vraie évolution.

    VTR1000_comp_v426.1047_R2.jpg

    En outre, Doctor Strange in the Multiverse of Madness est clairement dans le panier haut du MCU. J’ai presque envie de dire qu’il n’y a pas de magie à cela tant la recette est limpide pour une telle réussite : un bon réalisateur à qui on octroie de la liberté pour installer sa vision, un casting formidable, une histoire forte, belle et à enjeux et bien entendu, une cohérence d’ensemble. On notera accessoirement que la recette est la même que pour Les Eternels, injustement critiqué. Marvel est ainsi tout à fait capable de s’appuyer sur ses forces, tout en osant aller plus loin, aller vers de nouveaux horizons. C’est assurément la voie qu’ils doivent continuer à emprunter à l’avenir pour cette Phase 4.

    Contenu positif Contenu « négatif »
    • Deux acteurs principaux au sommet de leur art
    • Un scénario qui tient la route offrant des enjeux forts
    • Une très bonne réalisation et des propositions visuelles intéressantes et novatrices
    • Des surprises et du teasing de haut-voltige
    • Manque d’instants grandement marquants
    • Possibles incohérences
    • Musique ponctuellement savoureuse, mais dans l’ensemble pas exceptionnelle
    Note : 8,75 / 10

    Le film Doctor Strange in the Multiverse of Madness est réalisé par Sam Raimi et est en salles depuis le 4 mai 2022 avec Benedict Cumberbatch dans le rôle de Stephen Strange/Docteur Strange, Elizabeth Olsen dans le rôle de Wanda Maximoff/Sorcière Rouge, Benedict Wong dans le rôle de Wong, Christine Palmer dans le rôle de Christine Palmer, Xochitl Gomez dans le rôle de America Chavez et Chiwetel Ejiofor dans le rôle de Karl Mordo.

  • Hawkeye - Sortie du final de la saison "Tu parles d'un joyeux Noël !" [01x06] et review !

    Hawkeyebannierefinal

    Quoi de pire qu'une série globalement bonne, qui rate son final avec Tu parles d'un joyeux Noël ! ? Malheureusement, Hawkeye restera peut-être chez certains comme la première fausse note de l'aventure idyllique entre Marvel Studios et Disney+, et ce malgré de belles promesses ... Premièrement, abordons le point principal de l'épisode : le retour de Vincent D'Onofrio en Wilson Fisk/Caïd. Les première minutes résonnent plutôt bien, avec un acting fort et menaçant. Toutefois, malgré 60 minutes d'épisodes, on ressent très vite que l'installation du personnage est bâclée. Il aurait clairement fallu le voir plutôt. Et c'est sans compter sur le traitement qui lui est accordé dans le final, qu'on qualifiera par un mot : ridiculisé. Et c'est là qu'on s'inquiète quelque peu. Le fossé entre le ton des séries Marvel/Netflix (comme Daredevil d'où provient le Caïd) et celles de Marvel Studios est réellement et malheureusement inquiétant. Marvel n'a pourtant pas besoin de faire aussi sombre que les séries Netflix pour réussir, mais il faudrait réussir à prendre le recul et la maturité de se dire que garder une ambiance Noël pour ça ... Bref.

    Outre les scènes d'actions qui restent dans l'ensemble bonnes – sur un ton décontracté et appréciables à la fois –, les intrigues s'effondrent toutes unes à unes. Le premier coupable n'est pas nécessairement le format de 6 épisodes, mais il faut bien le dire... La série a bien trop pris son temps auparavant. Le résultat est bien triste puisque soit les différentes intrigues s'achèvent de manière prévisibles et sans saveur, comme la conclusion du personnage de Clint Barton, le dénouement accordé à Maya Lopez ou encore la mission de Yelena Belova ; soit elles sont purement et simplement baclées comme pour l'histoire de la montre ou la construction du personnage de Jack Duquesne... Au fond, il y a vraiment trop de manques. La série elle-même n'offre rien de très attrayant pour la suite (et ce malgré le teasing des producteurs, qui affirmaient qu'elle aurait un impact sur le MCU pour la suite ... Ah bon ?), surtout en ce qui concerne le personnage relativement fade qu'est Maya Lopez et qui aura le droit à son spin-off, Echo.

    Sur ce fond tâché de déceptions, un point positif avec l'arc consacré à Kate Bishop qui est bien traité. Le personnage aura sû parfaitement s'installer et grandir, tout en ayant quelques passages intéressants à son échelle personnelle, comme un important combat au cours de cet épisode ... Au détriment de la crédibilité d'un autre personnage. L'épisode continue également ce que la série aura su faire avec brio : offrir un meilleur hommage à Black Widow que le film Black Widow lui-même. Dans l'ensemble, Hawkeye est une bonne et sympathique série. Mais compte tenu du potentiel entre-aperçu par moments et de certains éléments traités à l'héritage lourd qui sont tous les deux gâchés, quelques déceptions viennent ternir l'expérience globale. Dommage, car plus que de ne pas réussir à décoller, la série se crashe quelque peu sur la fin en raison d'un scénario d'ensemble bancal et très mal réparti. Le point d'atterrisage est donc relativement en retrait de WandaVision, Falcon et le Soldat de l'Hiver et autres Loki ...

    Hawkeye - S01E06 : Tu parles d'un joyeux Noël ! - L'équipe Clint-Kate doit faire face aux conséquences quand la vérité sur le complot qui se trame est révélée.

    Contenu positif Contenu « négatif »
    • Une action qui reste globalement bonne
    • Vincent D'Onofrio
    • L'arc Kate Bishop, qui est le seul globalement bon à l'issue de la série
    • Immense gâchis autour du Caïd
    • Conclusion de Clint Barton
    • Trop de passages tournés au ridicule / ambiance Noël qui ne colle
    • Aucune menace lourde pour un dénouement
    • Le fossé entre les séries Marvel/Netflix et les séries Marvel/Disney+ risque de faire mal...
    • Trop de teasing inutiles ...
    Note : 6 / 10

    L’ancien Avenger Clint Barton a une mission apparemment simple : retourner dans sa famille pour Noël. Possible ? Peut-être avec l’aide de Kate Bishop, une archère de 22 ans qui rêve de devenir une super-héroïne. Ils vont devoir faire équipe alors qu’une présence du passé de Barton menace de faire dérailler l’esprit festif.

    La série Hawkeye est diffusée depuis le 24 novembre 2021 sur la plateforme Disney+ avec Jeremy Renner dans le rôle de Clint Barton/Hawkeye, Hailee Steinfeld dans le rôle de Kate Bishop, Vera Farminga dans le rôle de Eleanor BishopFlorence Pugh dans le rôle de Yelena BelovaFra Fee dans le rôle de KaziTony Dalton dans le rôle de Jack DuquesneAlaqua Cox dans le rôle de Maya Lopez/Echo et Zahn McClarnon dans le rôle de William Lopez.

  • Univers Spider-Man - Sony pourraient-ils ramener Jamie Foxx pour un film Electro ?

    Spidermannowayhomenews

    À l'heure où Spider-Man : No Way Home est déjà incontestablement un succès (2ème meilleur démarrage de l'histoire au box-office américain entre Avengers : Endgame et Avengers : Infinity War), Sony Pictures sent un élan d'air frais et des ailes se forment ... D'après le scooper reconnu Charles Murphy, Sony pourrait bien chercher à explorer l'éventualité d'un nouveau retour de l'acteur Jamie Foxx pour un potentiel film spin-off consacré à son personnage de Max Dillon, aka Electro, dans le cadre de leur stratégie généralisée de développement de films centrés sur des méchants de l'univers de Spider-Man. Jamie Foxx avait pour la première fois incarné le personnage dans le film The Amazing Spider-Man : Le Destin d'un héros en 2014, où il s'opposait au Spider-Man d'Andrew Garfield, avant de revenir à la surprise générale dans Spider-Man : No Way Home pour un rôle justifé par la notion de Multivers.

    Aujourd'hui, Sony prend conscience que la version du personnage vu par les fans dans Spider-Man : No Way Home a été semble-t-il apprécié et a résonné dans le cœur des fans. L'idée serait donc d'activer une clause du contrat négocié avec Jamie Foxx pour le film, lui permettant de revenir si les résultats au box-office sont bons. Plus généralement, il est difficile de comprendre qu'elle est l'idée de Sony Pictures d'un point de vue scénaristique si l'idée venait à voir le jour, car il n'y a ici pas la moindre garantie sur le feu vert soit à terme donné. Par ailleurs, difficile de dire que les récents dénouements offerts par Spider-Man : No Way Home permettent de nous donner une idée claire de l'intérêt que porterait un tel projet. Selon, outre l'aspect scénaristique, Electro peut-il porter à lui seul un projet de film solo ?

    Spider man no way home 619cd1c492ba0


    Pour la première fois dans l’histoire cinématographique de Spider-Man, l’identité du héros sympa du quartier est révélée, et ses responsabilités de super héros entrent en conflit avec sa vie privée, mettant ainsi en danger ses proches. Quand il demande de l’aide à Docteur Strange pour rétablir les choses et garder son secret, le sort ouvre une brèche dans leur monde, libérant les méchants les plus puissants ayant jamais combattu un Spider-Man dans tous les univers confondus. À présent, Peter va devoir affronter son plus grand défi, qui altèrera non seulement son futur, mais aussi celui du Multivers.

    Le film Spider-Man : No Way Home est réalisé par Jon Watts et est sorti le 15 décembre 2021 avec Tom Holland dans le rôle de Peter Parker/Spider-ManZendaya dans le rôle de Michelle JonesJacob Batalon dans le rôle de Ned LeedsMarisa Tomei dans le rôle de May ParkerBenedict Cumberbatch dans le rôle de Stephen Strange/Dr. StrangeJon Favreau dans le rôle de Happy HoganJamie Foxx dans le rôle de Max Dillon/Electro et Alfred Molina dans le rôle de Otto Octavius/Dr. Octopus.

  • Spider-Man : No Way Home - Sortie et critique du film !

    Spidermannowayhomenews

    Nous le savions tous. Spider-Man : No Way Home serait un événement à part entière. Pour certains fans, peut-être à la même échelle que ce qu’avaient été Avengers : Infinity War et/ou Avengers : Endgame il y a 2 et 3 ans. Au travers de 2h30 toujours au sommet de l’intensité, Spider-Man : No Way Home nous embarque et nous emmène dans un film proposant une action exceptionnelle, des émotions secouées dans tous les sens et dans un sentiment de profond respects pour les films d’autrefois de Sam Raimi et Marc Webb.

    L’un des points forts majeurs du film, c’est qu’il est réellement intense du début à la fin, sur des sujets qui sont distincts puisqu’en effet, il doit gérer à la fois les répercussions de Spider-Man : Far From Home tout en traitant l’aspect très impactant du Multivers, via notamment l’invité MCU du film : Docteur Strange (Benedict Cumberbatch), dont le rôle est plaisant sans être envahissant. À travers ce film « puissant », Tom Holland ne sort une prestation incroyable, comme jamais vue auparavant dans ce rôle de Peter Parker. Il s’agit de tout ce que nous attendions pour faire éclore pleinement ce personnage. De l’impact, de l’émotion. Autre bon point pour la MJ de Zendaya qui se démarque réellement positivement dans ce film, après un rôle anecdotique dans Homecoming et trop « discutable » dans Far From Home. Là encore, les fans de la première heure auront matière à discuter, mais l’écriture du personnage est en très net progrès !

    Spider-Man : No Way Home

    Au niveau du scénario, celui-ci est globalement bon, même si quelques facilités qui se glissent par-ci par-là … Parfois même grotesques, notamment en ce qui concerne le personnage de Ned Leeds (Jacob Batalon). Toutefois, il est dans l’ensemble très bon, avec des enjeux puissants et surtout, un immense respect pour les matériaux originaux (comics) et les anciens films (trilogie Spider-Man de Sam Raimi et duologie The Amazing Spider-Man de Marc Webb). Malgré la question du Multivers, les conséquences laissées par la fin de Spider-Man : Far From Home sont très bien traitées. Peut-être que nous aurions avoir eu le droit à un peu plus de justesse pour cette partie, notamment en raison de l’humour, mais rappelons que celui-ci a tout à fait sa place dans un film Spider-Man. Saluons bien évidemment, au milieu de tout cela, les énormes surprises qui provoquent de fortes étincelles chez les fans. Des étincelles au niveau d'Avengers : Endgame.

    Intéressons-nous désormais aux antagonistes du film … Quelle joie de recroiser, parfois des dizaines d’années plus tard, des méchants emblématiques comme le Bouffon Vert ou Docteur Octopus. Je tiens à mettre en avant la performance de haute voltige de Willem Dafoe, à fond dans son rôle. Et cela se ressent à l’écran. Il en est de même pour Alfred Molina en Dr. Octopus, qui probablement l’antagoniste le plus au centre du film, tandis que le Bouffon Vert est le plus important, ce qui amenant à des scènes extrêmement fortes. Les méchants de The Amazing Spider-Man sont un peu en retrait à mon sens d'un point de vue qualitatif. Le Electro de Jamie Foxx est traité dans la continuité de celui de son film, mais avec plus de justesse sans être pour autant transcendant. Pas grand-chose à dire sur le Lézard ou l’Homme-Sable.

    Spider-Man : No Way Home

    Là où Spider-Man : No Way Home est fort également, c’est au niveau des enjeux, bien plus élevés que dans les précédents opus. Après tout, c’est presque la condition nécessaire quand on traite de Multivers. À enjeux élevés, dénouement fort. Après un développement puissant pour Peter Parker tout au long du film, nul doute que le film laissera des traces marquantes pour la suite, offrant au passage un renouveau de fort bel augure pour le personnage. À l’échelle du MCU, les enjeux sont tout aussi forts. Nous ne sommes bien évidemment pas au niveau d’Avengers : Infinity War, Endgame ou encore Les Éternels, mais ils peuvent se situer juste en dessous. C’est dire ! On regrette peut-être toutefois le manque de continuité – et par conséquent de fil rouge – dans l’intrigue globale du Multivers. Si bien qu’il s’agit plutôt d’un thème commun qu’une intrigue commune.

    Dernier point à aborder, le contexte global extérieur au film, à commencer par la réalisation de Jon Watts qui est en net progrès, même si on le ressentait quelque peu avec Spider-Man : Far From Home. Certains passages sont bien plus travaillés et bien plus pensés. On constate même quelques fulgurances par moment à l’instar des superbes scènes d’illusions de Mystério dans le précédent film. Toutefois, celle-ci n’a toujours rien de très exceptionnel et Spider-Man mérite probablement mieux. Certains passages clés du film auraient mérité un traitement plus approfondi (plus de temps ? ralentis ? couleurs ?). Du côté des musiques, il en est de même. Impossible de critiquer la partition de Michael Giacchino, qui s’appuie notamment beaucoup sur d’anciens thèmes, mais son utilisation aurait pu être plus marquée encore.

    Spider-Man : No Way Home

    En conclusion, le joyau d’émotions, de fan-service positif et d’action que devait être Spider-Man : No Way Home est là, bien au rendez-vous. Difficile de classer le film avec exactitude, mais les parallèles avec la qualité et les défauts d'Avengers : Endgame sont nombreux : beaucoup de moments très forts, une conclusion marquante avec ses éléments de renouveau, mais néanmoins quelques défauts et certains facilités. Du grand spectacle et des promesses jouissives pour l’avenir du Tisseur au sein du MCU et éventuellement au-delà ! Merci en tout cas à Marvel pour ce magnifique enchaînement Les Éternels - Spider-Man : No Way Home. Nul doute que Doctor Strange in the Multiverse of Madness sera également la hauteur en mai prochain.

    Contenu positif Contenu « négatif »
    • Un Tom Holland qui offre une performance exceptionnelle
    • MJ (Zendaya) qui remonte dans mon estime
    • La réalisation de Jon Watts est en progrès
    • Le Spider-Man que l’on attendait enfin est là !
    • Des surprises de très très haut niveau
    • Le respect pour l'héritage de l'histoire cinématographique de Spider-Man
    • Quelques facilités scénaristiques dommageables
    • Quelques légères incohérences
    • Réalisation de Jon Watts en progrès, mais pas encore à la hauteur de certains moments qui auraient pu encore plus être sublimés
    Note : 9 / 10

     SPOILERS 

    Scènes post-génériques

    Scène inter-générique

    Eddie Brock (Tom Hardy), et son symbiote Venom, provenant tous les deux d'une autre réalité (cf. scène post-générique du film Venom : Let There Be Carnage) se trouvent dans un bar et discutent avec le serveur des différents héros existant sur la Terre dans cette réalité, dont Iron Man et Hulk. Soudainement, comme les autres individus provenant d'autres réalités, ils commencent à s'effacer et sont ramenés dans leur réalité, au grand désarroi de Venom face au peu de temps passé ici. Après leur disparition, un bout de symbiote reste présent sur la table et commence à se déplacer...

    Scène post-générique

    La scène post-générique est en fait une première bande-annonce inédite pour le film Doctor Strange in the Multiverse of Madness, en salles le 4 mai 2022. Ces premières images révèlent notamment des premiers aperçus de Docteur Strange (Benedict Cumberbatch) avec Wanda Maximoff (Elizabeth Olsen), Wong (Benedict Wong) et America Chavez (Xochitl Gomez). On y retrouve également Karl Mordo (Chitewel Ejiofor) avec un nouveau look, Christine Palmer (Rachel McAdams), une créature tentaculaire dotée d'un oeil (qui devrait être Gargantos) ou encore un Docteur Strange obscur, qui pourrait tout à fait être celui introduit dans la série animée What If... ?.


    Pour la première fois dans l’histoire cinématographique de Spider-Man, l’identité du héros sympa du quartier est révélée, et ses responsabilités de super héros entrent en conflit avec sa vie privée, mettant ainsi en danger ses proches. Quand il demande de l’aide à Docteur Strange pour rétablir les choses et garder son secret, le sort ouvre une brèche dans leur monde, libérant les méchants les plus puissants ayant jamais combattu un Spider-Man dans tous les univers confondus. À présent, Peter va devoir affronter son plus grand défi, qui altèrera non seulement son futur, mais aussi celui du Multivers.

    Le film Spider-Man : No Way Home est réalisé par Jon Watts et est sorti le 15 décembre 2021 avec Tom Holland dans le rôle de Peter Parker/Spider-ManZendaya dans le rôle de Michelle JonesJacob Batalon dans le rôle de Ned LeedsMarisa Tomei dans le rôle de May ParkerBenedict Cumberbatch dans le rôle de Stephen Strange/Dr. StrangeJon Favreau dans le rôle de Happy HoganJamie Foxx dans le rôle de Max Dillon/Electro et Alfred Molina dans le rôle de Otto Octavius/Dr. Octopus.

  • Hawkeye - Sortie de l'épisode "Le Ronin" [01x05] et review !

    Hawkeyebannierefinal

    Cette semaine, Hawkeye rate clairement son envol. Et c'est bien dommage. Après un bon épisode, Le Ronin, cinquième et avant-dernier épisode de la saison, ne parvient pas à lever les enjeux et à captiver pleinement le spectateur. La faute à des longueurs trop présentes. Ce qui était une force jusqu'ici s'inscrit comme une faiblesse aujourd'hui car le dénouement final approche. Certes, le puzzle de l'intrigue semble désormais s'assembler, mais ce n'était pas fondamentalement la façon attendue pour le faire. Néanmoins, une arrivée tant attendue est bien là et remonte à elle-seule quelque peu le ressenti final de l'épisode. Une véritable apparition aurait toutefois été nettement préférable.

    Du côté du positif, on a bien évidemment l'entrée fracassante de Florence Pugh dans la série. Plus que de simplement servir d'antagoniste, l'épisode s'attarde avec justesse au film Black Widow (sans gêner l'intrigue de la série, qui prend malgré tout son temps...) et tisse les liens entre les deux. C'est quand même fou comment un évènement donné du MCU est capable de provoquer de tels frissons à l'écran à chaque fois ! Par ailleurs, force est de constater qu'un acteur externe à la série et l'intrigue permet de la faire avancer comme jamais auparavant ... Peut-être est-ce aussi là la faiblesse globale de la série. C'est lent ...

    On retiendra aussi une Kate Bishop qui se retrouve dans des situations singulières mais qui reste totalement fidèle à elle-même. Preuve, s'il en fallait une, que ce personnage a vraiment quelque chose de particulier, une Hawkeye 2.0 qui saura s'installer dans un MCU plus large à l'avenir (Young Avengers ?). Clint Barton se décide également enfin à passer la deuxième pour résoudre toute cette histoire ... De façon hyper maladroite et faible. C'est à se demander où est passé l'Avenger original et surtout l'agent du S.H.I.E.L.D. reconnu. En bref, cet épisode reste appréciable, apporte des éléments nouveaux, des éléments fracasseurs à l'échelle du MCU street-level. Pour autant, ces éléments ne suffisent plus et peuvent plus être les arbres cachant la forêt de lenteurs qui marquées. Espérons que l'épisode final soit à la hauteur !

    Hawkeye - S01E05 : Le Ronin - Kate est prête à renoncer à devenir une superhéroïne, suite à une dispute avec Clint. Clint, lui, rongé par la culpabilité, s'apprête à affronter la Mafia des Survêtes et à assumer son passé. Mais tout est bouleversé quand Kate fait une surprenante découverte.

    Contenu positif Contenu « négatif »
    • Début d'épisode
    • Florence Pugh
    • Le GRAND retour
    • Trop de lenteurs à un épisode de la fin
    • Le poids de la menace ne se ressent pas en dehors de la révélation finale
    • Clint Barton trop faiblard
    • Réalisation moins marquée
    Note : 6,25 / 10

    L’ancien Avenger Clint Barton a une mission apparemment simple : retourner dans sa famille pour Noël. Possible ? Peut-être avec l’aide de Kate Bishop, une archère de 22 ans qui rêve de devenir une super-héroïne. Ils vont devoir faire équipe alors qu’une présence du passé de Barton menace de faire dérailler l’esprit festif.

    La série Hawkeye est diffusée depuis le 24 novembre 2021 sur la plateforme Disney+ avec Jeremy Renner dans le rôle de Clint Barton/Hawkeye, Hailee Steinfeld dans le rôle de Kate Bishop, Vera Farminga dans le rôle de Eleanor BishopFlorence Pugh dans le rôle de Yelena BelovaFra Fee dans le rôle de KaziTony Dalton dans le rôle de Jack DuquesneAlaqua Cox dans le rôle de Maya Lopez/Echo et Zahn McClarnon dans le rôle de William Lopez.